Les news du Smart Shopping Les news du Smart Shopping

Les news du Smart Shopping est un media conçu par Carmila pour les retailers.
Décryptages, tendances, dernières innovations digitales, conseils d'experts et initiatives locales : retrouvez toutes les bonnes pratiques marketing au service de la performance des points de ventes.
Les news du Smart Shopping est un media conçu par Carmila pour les retailers. Décryptages, tendances, dernières innovations digitales, conseils d'experts et initiatives locales : retrouvez toutes les bonnes pratiques marketing au service de la performance des points de ventes.

Bilum : de l’upcycling à la fabrication de masques

Avant même l’annonce du confinement, l’entreprise Bilum, spécialisée dans la conception d’objets à partir de matériaux publicitaires, a pris la décision de fermer ses portes et son atelier pour la sécurité de ses employés. Jusqu’à ce que la Ville de Paris la sollicite, avec d’autres ateliers, de rouvrir pour fabriquer des masques. Récit.

fabrication masque covid19 entreprises

C’est l’histoire d’un engagement. Celui d’une femme tout d’abord, Hélène de La Moureyre, qui décide, après avoir quitté l’agence événementielle dans laquelle elle exerce la fonction de directrice de clientèle, de donner un nouveau sens à sa vie professionnelle. Nous sommes en 2005. « J’avais différents projets, se souvient-elle. Dans l’art, la restauration… Puis je suis tombée sur une initiative de récupération des bâches publicitaires dans les pays en voie de développement. À l’époque, rien ne se faisait dans le recyclage et la seconde vie. » La jeune femme décide alors de se lancer dans l’upcycling, ce procédé qui consiste à transformer, sans modification chimique, des matériaux en de nouveaux objets d’une valeur supérieure en termes d’usage ou d’esthétique. Elle se rapproche alors d’ateliers de confection français. « Ils m’ont pris pour une folle, sourit-elle. À l’époque, le made in France était plutôt réservé au luxe, et notamment au travail du cuir. » Puis une opportunité se présente avec un atelier qui a le statut d’Établissement et service d’aide par le travail (Esat). Un premier partenariat qui lui permet de lancer son projet. Bilum était née !

L’engagement d’une équipe, ensuite. Début 2020, Bilum, c’est une petite dizaine de personnes (salariés, freelance et alternants) avec un petit atelier de prototypage intégré et sept ateliers partenaires français – dont quatre Esat et entreprises adaptées (EA). Sacs, accessoires et pièces de mobilier sont confectionnés uniquement à partir de matériaux récupérés (airbags, ceintures de sécurité, toiles publicitaires, scénographies de vitrines, packaging réformé, voiles de bateau…). Une production éco-responsable, locale, en circuit court et inscrite dans l’économie sociale et solidaire. Et qui permet notamment aux entreprises clientes de s’inscrire dans une démarche RSE de transformation et de rachat de matière.

Enfin, permettait. Car, comme de nombreuses autres entreprises, Bilum a été touchée de plein fouet par le confinement mis en place dès le 16 mars pour éviter la propagation du Covid-19. « Le 16 au matin, j’ai annoncé par texto à l’équipe qu’il était probable qu’ils ne puissent plus venir travailler dès le lendemain. Et qu’ils pouvaient, s’ils préféraient, rester dès ce lundi chez eux. Tous sont venus. Puis nous  avons fermé nos portes à 16 h. »

Tout un écosystème mobilisé pour partager les savoir-faire

L’idée de se lancer dans la confection de masques effleure alors Hélène de La Moureyre. Mais un instant seulement : elle ne possède pas les connaissances techniques pour le faire, et surtout ne dispose que de matières récupérées. Elle abandonne rapidement ce projet.

Puis, début avril, un appel change la donne. La Ville de Paris lui demande si elle peut lancer la fabrication. Mais ses interrogations demeurent : elle n’a pas de modèle, pas de matière. « J’ai été bluffée par la vitesse à laquelle petites et grandes entreprises, fabricants de matières, confectionneurs et designers, se sont organisés », analyse la cheffe d’entreprise. Très rapidement, elle est encouragée à se connecter à la plateforme dédiée au mouvement Savoir faire ensemble, qui met en relation tous les membres de cet écosystème. Résultat ? « Une magnifique mobilisation, sourit l’entrepreneure. Mais nous ne sommes pas les seuls ! Des milliers de gens se sont mobilisés, parfois seuls, depuis chez eux, à fabriquer des masques pour leurs voisins. »

Les premiers masques produits par Bilum ont équipé en priorité les structures de soin et l’industrie agroalimentaire. Et la fabrication continue. Ce sont aujourd’hui plus de 200 confectionneurs et 150 producteurs de matières qui travaillent main dans la main. « Nous nous réjouissons de nous associer à cet élan qui ne cesse de grandir. Coopération. Réactivité. Entraide. Local. Soin à l’autre. Attention. Humanité. Changement. Beauté. Ensemble. Responsabilité. Et je ne parle pas de tout le reste, tout ce qui se fait à côté, autour, partout. Je vois chaque jour du beau changement dans ce ciel qui nous est tombé sur la tête. Demain sera différent et ça commence maintenant », postait en avril Hélène de La Moureyre sur la page LinkedIn de Bilum. Avec une certitude résumée par cette citation empruntée à Thierry Thouvenot, expert de la médecine chinoise et de la méditation, lorsqu’il était président du WWF France : « On ne fait pas la révolution avec du concept, mais avec du désir ».

À lire aussi
 

Formation, travail à distance, communication centralisée… Pour accompagner les entreprises dans cette période inédite, Le...
3 min | #Covid19
 

Quel que soit le secteur, quel que soit le lieu, toutes les enseignes sont touchées...
 

Critizr est une solution d’écoute et de gestion de la satisfaction client. Pendant la crise...