Les news du Smart Shopping par Carmila Les news du Smart Shopping par Carmila
Les news du Smart Shopping est un media conçu par Carmila pour les retailers.
Décryptages, tendances, dernières innovations digitales, conseils d'experts et initiatives locales : retrouvez toutes les bonnes pratiques marketing au service de la performance des points de ventes.
Les news du Smart Shopping est un media conçu par Carmila pour les retailers. Décryptages, tendances, dernières innovations digitales, conseils d'experts et initiatives locales : retrouvez toutes les bonnes pratiques marketing au service de la performance des points de ventes.

DNVB : 4 conseils pour se lancer dans le commerce physique

Non, le commerce physique n’est pas mort. Et loin de là ! En 2021, 75 % des consommateurs français préfèrent réaliser leurs achats en magasin*. Pour les marques nées sur le web, c’est un véritable défi. Si 75 % d’entre elle considèrent la vente physique comme un atout pour leur relation client**, se lancer dans l’aventure n’est pas pour autant facile. Quelles sont les bonnes pratiques pour se lancer dans le commerce physique quand on est une DNVB ?

Marquette magasin physique pour DNVB

À l’occasion d’un webinaire organisé par Carmila, Christina Kerouedan (Directrice Commerce éphémère et partenariats chez Carmila), Bastien Valensi (Co-Fondateur Cabaïa) et Vincent Redrado (Fondateur et CEO Digital Native Group), ont fait part de leur expérience. Retour sur les principaux enseignements.

1. Tester son concept en pop-up store avant de se lancer

Pour se lancer sans pour autant s’engager sur la durée, le pop-up store est souvent un choix gagnant. Vente événementielle le temps d’un week-end, boutique sur une semaine, mois ou une année… A chaque concept sa préférence ! Ce qui est sûr, c’est que cette solution offre, en plus d’un investissement financier maîtrisé, une précieuse flexibilité. Elle permet de tester un concept, de gagner en visibilité, de s’étendre géographiquement sur un territoire que l’on ne connaît pas.

Le mot clé : « test and learn ». Loin de préjuger ce qui fonctionne ou non, cette formule permet de découvrir ce qui est le plus pertinent pour son concept : quelle période de l’année, quel territoire, quel emplacement, quelle taille de boutique.

Ces premiers essais permettent alors de tirer de nombreux enseignements pratiques, avant le développement d’une distribution plus large : en boutique propre, en corner ou en wholesale.


2. Trouver un emplacement avec un flux important

Les enseignes expérimentés le savent : si le secteur de la vente a profondément évolué au cours des dernières années, le lieu d’implantation d’une boutique reste stratégique.

Il n’y a pas de « bon » ou « mauvais » emplacement. Le choix du local dépendra de la cible, du panier moyen estimé, mais aussi de la capacité du lieu à attirer un certain nombre de clients. À cet égard, les centres commerciaux présentent des atouts sans équivalent : d’une part, parce qu’ils sont synonymes de flux de clients très élevé, et d’autre part, parce qu’ils attirent des profils généralement caractérisés par une forte envie de consommer.

Bien choisi, l’emplacement donne également à la marque la possibilité d’asseoir son image, en bénéficiant de la notoriété de toutes celles présentes à proximité. Un gain observable avant même l’ouverture du commerce. C’est ainsi que l’installation d’une palissade annonçant l’ouverture prochaine d’une boutique éphémère au sein du centre commercial BAB2 d’Anglet a permis à Patatam, spécialiste de la mode seconde main, d’augmenter de plus de 50 % le trafic de son website !

3. Former ses conseillers de vente pour une expérience client optimale

En contact direct avec les consommateurs, les vendeurs sont évidemment un élément clé du succès d’un point de vente. Rigoureux, enthousiastes, connaisseurs des produits, ils incarnent la culture de la marque et portent ses valeurs. De la qualité de leur formation dépendra – en partie – la réussite du point de vente.

Pour répondre à ces problématiques, Extracadabra ou StudentPop proposent des solutions de courte ou moyenne durée, avec des vendeurs ou équipiers triés sur le volet. Et parce que le recrutement est un sujet central pour les commerçants, Carmila a mis en place un accompagnement tout particulier pour les enseignes de ses centres depuis plusieurs années. Au niveau national comme local, Carmila peut ainsi proposer des outils de recrutement ou organiser localement des « job dating ».

4. Trouver le(s) bon(s) partenaire(s)

Pour une DNVB, ouvrir une première boutique physique c’est se lancer dans une activité fondamentalement différente. Déjà mobilisées sur le développement de produits, la communication ou leur site e-commerce, les équipes doivent prendre en charge une série de défis nouveaux, requérant des compétences spécifiques : trouver un local, réaliser des travaux, recruter des managers et des vendeurs, etc. Un challenge d’autant plus complexe lorsque la gestion doit être effectuée à distance.

Pour cette raison, se faire accompagner est essentiel. C’est ce qui ressort de l’étude réalisée par Carmila en lien avec Digital Native Group : 62 % des DNVB interrogées déclarent avoir besoin d’un accompagnement pour trouver un emplacement. « C’est le sens de l’ensemble des solutions d’accompagnement proposées par Carmila aux enseignes, toujours dans une logique de co-construction », explique ainsi Christina Kerouedan, directrice Commerce éphémère et partenariats de Carmila. L’accompagnement peut ainsi porter sur le choix du local, des conseils réglementaires, la prise en charge de l’aménagement avec l’aide d’un architecte ou aménageur, la fourniture de mobilier, mais également la communication et les relations publiques.

Un défi d’ampleur, dont Vincent Redrado, co-fondateur de Digital Native Goup, rappelle l’objectif : « l’essentiel, pour une DNVB qui se lance dans la vente physique, est de faire les choix qui lui permettront de mettre toutes les chances de réussir de son côté, en veillant surtout à tester son concept dans la durée. Le but est de disposer d’une vision claire de ce qui fonctionne, de ce qui ne marche pas, et des bénéfices que l’on peut espérer. »


* https://www.samsung.com/fr/business/smart-retail/4e-edition-du-barometre-smart-retail-2021/
** Etude Carmila x Digital Native Group

À lire aussi
 

Dépassant aujourd’hui le cercle des professionnels, le terme « Smart Retail » est souvent employé pour « digitalisation...
 

30 % de la population mondiale est aujourd’hui âgée de moins de 21 ans. Dans...
 

Avec l’épidémie de Covid-19, le rythme de vie et la façon de consommer des Français...