Les news du Smart Shopping par Carmila Les news du Smart Shopping par Carmila
Les news du Smart Shopping est un media conçu par Carmila pour les retailers.
Décryptages, tendances, dernières innovations digitales, conseils d'experts et initiatives locales : retrouvez toutes les bonnes pratiques marketing au service de la performance des points de ventes.
Les news du Smart Shopping est un media conçu par Carmila pour les retailers. Décryptages, tendances, dernières innovations digitales, conseils d'experts et initiatives locales : retrouvez toutes les bonnes pratiques marketing au service de la performance des points de ventes.

« L’expérience en centre commercial nous a permis de mieux comprendre comment les gens nous perçoivent »

French Bandit propose depuis deux ans sur Internet une nouvelle génération d’accessoires pour chiens et chats. Lauréat du prix DNVB (Digital Native Vertical Brand) Ready by Carmila en 2021, la marque a eu l’occasion d’implanter un stand pendant près de deux mois dans le centre BAB 2, à Anglet. Retour sur une expérience riche d’enseignements avec Mathieu Even, son fondateur.

Mathieu Even french bandit

Quelle est la genèse de la création de French Bandit ?

En 2020, je commençais à tourner en rond dans l’agence dans laquelle je travaillais. Au même moment, j’ai adopté un chien, Bandit. Parti à la recherche d’accessoires, je me suis rendu dans des magasins spécialisés et j’ai trouvé l’offre triste, pas du tout à la mode, et même, disons-le, assez laide. Colliers, harnais, laisses… je me suis demandé comment rendre les accessoires plus modernes.

Mon but était de mettre la main sur des matériaux solides, avec des imprimés sympas. Le grand défi était donc de trouver des ateliers capables de fabriquer de tels produits, qui plus est avec un modèle économique viable. J’ai sourcé en France les tissus, le nylon et des boucles pour disposer de toute la matière première. Après avoir acheté des designs tout faits, l’étape suivante était d’en créer d’originaux. Il a fallu ensuite s’attaquer à la confection des produits. J’ai tapé à toutes les portes dans le quartier du Sentier. On a fini par me donner un contact en banlieue parisienne… qui est devenu la couturière de French Bandit.

Quelles sont les spécificités de votre marque ?

Nous avons la chance d’être les seuls sur ce créneau. Ce « monopole » nous a aidé à franchir les étapes rapidement. French Bandit a été pensé autour de trois grands piliers. D’abord, proposer des produits stylés, dans l’ère du temps et capables de toucher tout le monde. Ensuite, opter pour des produits solides qui durent dans le temps. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons fait le choix du made in France, en nous tournant vers des ateliers jusqu’à présent spécialisés dans le militaire et la voile. Enfin, notre approche est solidaire : pour chaque vente, nous reversons 1 euro à un organisme qui soutient les animaux dans le besoin.

Sur la base de ces trois axes, tout est allé assez vite. Nous avons commercialisé rapidement des tapis de gamelle, des gamelles, des médailles, puis un panier pour chien. Notre ambition est de développer pour les animaux un maximum de produits, en réfléchissant systématiquement à la manière de les réenchanter. Cela peut impliquer une fonctionnalité nouvelle (par exemple une laisse 4 positions), mais aussi de nouveaux motifs, matériaux, usages, etc. Aujourd’hui, 4 catégories de produits sont proposées à nos clients : Accessoires (collier, laisse bandana), Maison (panier, gamelle, tapis de gamelle), Soins (beaux packagings, formulation naturelle) et Santé.

Pourquoi avez-vous participé au prix DNVB Ready by Carmila ? Que retenez-vous de cette expérience ?

J’ai entendu parler du concours via la communauté Digital Native Group. Nous avons un profil très digital (99 % de nos produits sont vendus en e-commerce), mais nous réfléchissions déjà aux bénéfices que nous pourrions tirer du retail physique et à la manière de nous positionner, aux lieux d’implantation. Conscients que, potentiellement, une grande partie de notre clientèle se rend dans les centres commerciaux Carmila, nous avons décidé de participer au Prix DNVB Ready. Autant par curiosité que par challenge.

Vous avez bénéficié d’un emplacement en specialty leasing dans le centre BAB2, à Anglet, pendant près de deux mois. Que retenez-vous de cette expérience ?

L’accueil de toute l’équipe Carmila a été génial, et l’installation très rapide. L’emplacement était super, nous avons adoré y tester notre concept en physique. C’était un peu une première pour nous : nos bureaux sont situés à Paris et cet éloignement crée forcément un stress. Mais nous avons eu la chance d’être bien accompagnés. Au bout du compte, cette expérience en centre commercial nous a permis de mieux comprendre comment les gens nous perçoivent, ce qu’ils attendent d’une marque d’accessoires. Nous avons eu beaucoup d’échanges très constructifs sur la perception de nos produits et de notre offre, notamment avec des personnes qui ne nous connaissaient pas. De même, cette période a été l’opportunité pour nous de rencontrer nos clients locaux, et d’avoir de nombreux retours sur les envies de développement de prospects ou de clients. Cette expérience s’est révélée très enrichissante, précieuse tant sur le retour d’utilisateurs actifs de nos produits que de nouvelles personnes qui découvraient la marque.

Quel a été l’impact de cette implantation sur votre stratégie future ?

Clairement, nous avons très envie de recommencer l’expérience : nous réfléchissons d’ores et déjà à trouver de bons emplacements pour l’année prochaine ! 

À lire aussi
 

Le concept de Holly’s Diner voit le jour en 2014, avec un premier restaurant à...
 

Depuis plus d’un an, les enseignes de restauration n’ont eu de cesse de s’adapter pour...
 

Chaque année, ils créent l’événement et ouvrent le bal des achats des fêtes de fin...